Les citations étaient assez à la mode pendant la campagne, genre machin à dis ça ya 5 ans c'est honteux ou bidule à prononcé cette phrase. Bon admettons-le, c'est souvent Le Pen qui dis des conneries qui se retourne contre lui ensuite (tout le monde sais de quoi je parle, je ne détail pas). Ce qu'on sait moins, c'est que Chirac n'est pas non plus le dernier à dire n'importe quoi...

Note sur les sources :

  • La partie sur Le Pen provient d'un chain-mail... si, si , tu sais, les chain-mails, ces mails avec un contenu douteux que tu reçois alors que ta rien demandé. (merci d'ailleurs à MrRoces pour avoir transmis :)
  • La partie sur Chirac est un extrait du site du FN... si, si , tu sais, le FN, ce parti politique avec un programme douteux que tu reçois au deuxième tour alors que ta rien demandé (justement d'ailleurs, tu n'avais qu'à voter ! :-)

Voici donc, sans commentaires, les deux series de citations. C'est assez amusant (surtout depuis que les elections sont finies ;-)

Chirac l'homme des contradictions permanentes

  1. Il ne devrait pas y avoir de problème de chômage en France, puisqu'il y a un million de chômeurs et un million huit cent mille travailleurs immigrés (Le Monde, 19 février 1976)
    Lier le chômage à la présence des immigrés est une réaction primaire (Nouvelle Agence de Presse, 30 octobre 1977)
  2. Je suis favorable au droit de vote pour les immigrés (14 octobre 1979, Bruxelles)
    Il n'est pas possible d'accorder ce droit aux immigrés, car il est rattaché à la citoyenneté française (Le Monde)
  3. Je suis favorable à la peine de mort en cas de prise d'otage (4 mars 1975)
    Je suis hostile à la peine de mort (Le Monde, 26 mars 1981)
  4. Je suis favorable à un mandat de sept ans non renouvelable (La Presse de Limoges, 17 février 1981)
    Il faut envisager une réduction de la durée du mandat à cinq ans (Le Monde, 25 janvier 1983)
  5. C'est au RPR que vous trouverez la social-démocratie (dans La Croix, 1976)
    La social-démocratie est la voie la plus pernicieuse (Tokyo, octobre 1984)
  6. Le libéralisme n'est pas une réponse aux problèmes d'une économie moderne (dans Le Nouvel Economiste, mars 1979)
    Face à l'échec du socialisme, le libéralisme s'impose comme une nécessité (Janvier 1984)

Sur qui pompe Le Pen ?

Economiquement je suis de droite, socialement je suis de gauche, nationalement je suis de France
J.M. Le Pen, Campagne présidentielle Française2002

Notre National-Socialisme est le futur de l'Allemagne. Bien que ce futur soit économiquement résolument à droite, nos coeurs resteront à gauche. Mais par dessus tout, jamais nous n'oublierons que nous sommes Allemands. (Unser National Sozialismus ist die Zukunft Deutschlands. Trotz diese Zukunft wirtschaftlich rechts-orientiert wird, werden unsere Herzen links orientiert bleiben. Aber vor allem Werden wir wir niemals vergessen, dass wir Deutschen sind.)
A. Hitler, 29 novembre 1932, discours de clôture du congrès annuel du NSDAP

EDIT 30/06/02 : lu dans Liberation du 25/04/2002 :

Le bouche à oreille a fonctionné, et encore plus l'e-mail. La phrase de Le Pen: Socialement je suis de gauche, économiquement je suis de droite et nationalement je suis de France, serait une citation d'Adolf Hitler, le 29 novembre 1932 au congrès du parti nazi. Des radios répercutent l'«info», des organisations s'indignent. Renseignement pris, il n'y a pas eu de congrès du NSDAP en novembre 1932, et Hitler n'a jamais prétendu que son coeur était de gauche, pour reprendre les termes exacts de la rumeur. Il s'est néanmoins passé quelque chose le 29 novembre 1932 : la naissance de Jacques Chirac.

Merci à Greg de l'avoir signalé