Les mails @efrei.fr

On peut lire ses mails à l'école et en console avec mutt. Mais bon là m'en demandez pas trop je suis ni fan, ni skilled de ce truc. Donc voyons plutôt comment forwarder ses mails chez soi...

Le fameux .forward

Pour une redirection simple des mails, on peut utiliser le désormais celebre fichier ~/.forward. C'est super simple, il suffit de mettre son mail dedans ! Alors ceux qui ne releve pas leurs mails efrei n'ont pas d'excuse parceque plus simple tu meurs. Voila en une seule commande :

echo  > ~/.forward

Avec à remplacer par votre adresse mail (autre que celle de l'EFREI évidemment...)

Spam assassin

Ceux qui sont dans les alias des assoces le savent bien, le spam à l'efrei est une vraie plaie. Heureusement spam assassin est installé et assez bien configuré (mieux que le mien en tous cas ;). Pour l'utiliser, il faut creer un fichier ~/.procmailrc et chercher sur le net quoi mettre dedans (Google Linux est ton ami). Je vous préviens, c'est très hardcore et pas du tout user friendly. Une bonne solution peut-être de demander de l'aide dans les news de l'école...

ATTENTION : il faut utiliser .forward OU .procmailrc, mais pas les deux ensembles ! Faut donc supprimer le .forward si tu optes pour spam assassin.

Envoyer des mails avec son adresse EFREI

Pas besoin de se casser la tête avec essayer de faire fonctionner mutt, il suffit de paramétrer son client mail ! Par exemple, avec Mozilla Thunderbird, il suffit de cliquer sur « Gérer les identités » dans le panneau « Paramètre des comptes », et d'ajouter une identitée avec votre adresse @efrei.fr !

Les news

Les news de l'école sont bien utiles pour avoir des infos sur le reseaux (genre ce qui merde en ce moment, oui parceque y'a toujours un truc qui merde me demandez pas pourquoi), des infos sur l'école ou tout simplement pour poser des questions et discuter.

Pour les lires, il faut utiliser un lecteur de news comme slrn qui fonctionne en mode console. Bon soyons honnête, il faut déjà être un peu (beaucoup) à l'aise avec la console et vim pour s'en sortir, et c'est pas du tout user-friendly... Heureusement il existe un groupe spécial : efrei.test qui permet de s'entrainer sans faire chier tout le monde :)

Config de slrn

Il y a quelques options de base du fichier de conf ~/.slrnrc à modifier avant de se lancer

Pour utiliser un pseudo, il faut utiliser les options *name. Dans mon cas, mon pseudo (username) est « cgo2 » et mon domaine (hostname) est bidon, pour eviter le spam. Ca donne :

set username "cgo2"
set hostname "nospam.com"
set realname "cgo2"

Si quelqu'un veut me répondre par mail, je précise ma vraie adresse (elle n'est pas affichée par défaut donc pas moins de risque de spam)

set replyto  ""

Avec à remplacer par votre adresse mail (autre que celle de l'EFREI évidemment...)

Pour utiliser une signature, je spécifie le fichier qui contient le texte (ici ~/.signature) :

set signature ".signature"

Lire les news graphiquement depuis chez soi

Les machins en mode texte, c'est bon pour deux choses : dépanner en cas de problème, et frimer devant ses potes geeks. A l'école, on peut lire les news tranquillement avec une application graphique (comme Mozilla Thunderbird par exemple). Mais quid de chez soi ? Pour les heureux utilisateurs de Linux, il est possible de monter un tunnel ssh pour lire les news avec votre lecteur de news graphique favori !

Pour cela, on utilise la commande :

ssh -L 42119:news.efrei.fr:119 

Avec login à remplacer par votre login EFREI.

Cela ouvre une connexion ssh, en forwardant le port 119 de news.efrei.fr vers le port 42119 de ma machine. Il suffit de configurer le lecteur de news pour qu'il se connecte sur le port 42119 de localhost et roulez jeunesse.

Complètement attention : Cette méthode présente (théoriquement) un risque de sécurité SI (et seulement si) le port local (42119 ici) est accessible depuis le net. En effet, cela rend le serveur de news théoriquement accessible depuis l'extérieur (même avec un numéro de port non standard comme c'est le cas ici, il peut être trouvé par un scan). A utiliser avec précaution donc.